3èmes rencontres parlementaires sur les vaccins

mercredi 4 mai 2011 - Maison de la Chimie

photo-2.PNG photo-26.JPG

Au-delà du constat réitéré de ce phénomène, il convient de s’intéresser aux mesures opérationnelles à mettre en œuvre pour recouvrer des taux de couverture vaccinale satisfaisant en France. Quels acteurs faut-il sensibiliser ? Quels vecteurs faut-il mobiliser ?

Dans ce combat à remporter, ne faut-il pas mobiliser tous les acteurs de la chaîne de santé ? A cet égard et dans le contexte actuel de suspicion exacerbée à l’égard des laboratoires pharmaceutiques, il nous parait opportun d’étudier objectivement le rôle joué par les entreprises du médicament. Nous en discuterons publiquement avec eux.

L’après-midi, nous élargirons notre propos à l’examen de notre politique sanitaire à l’étranger. Ainsi la Fondation Clinton est-elle montée en puissance avec l’argent de la taxe sur les billets d’avion des contribuables français gérée par UNITAID. La France aurait pu disposer de la même expertise que les Américains. Il est urgent que la France se dote d’une plateforme technique qui lui permettrait de bénéficier également des retombées économiques de ses initiatives.

C’est pour aborder ces deux sujets essentiels que Jean-Pierre DOOR, député du Loiret, rapporteur de la commission d’enquête sur la manière dont a été programmée, expliquée et gérée la campagne de vaccination contre la grippe A, et Yves BUR, député du Bas-Rhin et rapporteur de la partie recettes et équilibre général du PLFSS, président de nouvelles rencontres parlementaires sur les vaccins, le mercredi 4 mai prochain. Nos débats s’organiseront en 2 temps :

- Table ronde du matin : Comment renforcer l’acceptabilité sociale des vaccins et associer les citoyens aux décisions ? Garantir la confiance du grand public. Quelles mesures opérationnelles ?

- Table ronde de l’après-midi : Pour l’avènement d’une véritable diplomatie sanitaire française.

Les plus hauts responsables de la politique de santé en France participeront à nos travaux, parmi lesquels Didier HOUSSIN, directeur général de la Santé, Daniel FLORET, président du comité technique des vaccinations, et Philippe Douste-Blazy, président d’Unitaid.

Vous trouverez ci-joint le programme de cette conférence.

 

Les débats sont animés par Martine PEREZ, médecin, rédactrice en chef, chef du service Sciences-Médecine du Figaro

9H00 Jean-Pierre DOOR

Député du Loiret, rapporteur du PLFSS pour l’assurance-maladie

Rapporteur de la commission d'enquête sur la manière dont a été programmée, expliquée et gérée la campagne de vaccination contre la grippe A (H1N1)

9H05 Au-delà des bénéfices sanitaires, l’intérêt économique de la vaccination

Gérard DURU, économiste de la santé, Laboratoire d'analyse des systèmes de santé, CNRS, Université de Lyon-I, membre du comité technique des vaccinations

9H20 1ère session :

comment renforcer L’acceptabilité sociale des vaccins et

associer les citoyens aux décisions ?

La campagne de vaccination contre la grippe H1N1 l’a confirmé, le vaccin n’emporte plus la confiance automatique des populations qu’il prétend soigner : il manque un socle fondamental en France sur les impératifs de la vaccination.

Les enfants. En conférant une protection quasi absolue contre de nombreuses infections, la vaccination est devenue un rouage essentiel de la santé publique. Pourtant, en dépit des nombreuses campagnes d'information, nombre de parents demeurent rétifs. Comment gagner leur confiance ? Comment optimiser la couverture vaccinale, à tout âge ?

Les seniors.Virus de la grippe et bactéries (méningocoque, pneumocoque) sont aux aguets en période hivernale. Et si les enfants sont beaucoup affectés par le pneumocoque, les personnes âgées de plus de 65 ans aussi. A cet âge, les traitements ne suffisent pas à empêcher un fort taux de mortalité. Il est donc fortement recommandé de se faire vacciner tous les ans contre la grippe et également, tous les cinq ans, pour les personnes à risque, contre le pneumocoque.

PRÉSIDENT Paul BLANC, sénateur des Pyrénées-Orientales, auteur du rapport d’information « Vaccins : convaincre et innover pour mieux protéger »

De 9H20 à 10h45 garantir la confiance du grand public

Faut-il renforcer les garanties d’indépendance des experts dans le champ de la santé publique ? Doit-on mettre en place une autorité de contrôle des liens d’intérêt ?

Responsabiliser le public. Quel rôle pour la Conférence nationale de santé ?

Que nous disent les sciences sociales ?

Débat avec

- Hervé GISSEROT, président de GlaxoSmithKline

- Didier HOUSSIN, directeur général de la Santé

- Christian SAOUT, président du CISS, président de la Conférence nationale de santé

- Patrick ZYLBERMAN, professeur d'Histoire de la santé, École des hautes études en santé publique (EHESP)

Débat avec la salle de 10H15 à 10H45

10h45 PAUSE CAFE

De 11H15 à 12h40 vacciner : quelles mesures opérationnelles ?

Le rôle des pédiatres et des généralistes. Faut-il impliquer davantage la médecine scolaire et la médecine du travail ? Quid des infirmières ? Quel rôle leur sera dévolu sur ce point dans la loi de santé publique à venir ?

Quel mode d’information adopter pour renforcer l’acceptabilité des produits de santé ? Quels partenariats et synergies dégager entre tous les acteurs de santé ?

Comment améliorer la couverture vaccinale ?

Débat avec

- Daniel FLORET, pédiatre et président du Comité technique des vaccinations

- Thanh LE LUONG, directrice générale de l’INPES

- Cécile REY-COQUAIS, directeur des affaires publiques de Pfizer

- Jean-Philippe Rivière, directeur médical de Doctissimo

Débat avec la salle de 12H10 à 12H40

12H40 Xavier Bertrand, Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé

(sous réserve de confirmation)

13H00 dejeuner

14H20 Jean-Elie MALKIN, Conseiller du directeur général de l’ONUSIDA

14H30 2ème session :

pour l’avenement d’une veritable diplomatie sanitaire française

La France n’arrive pas à exploiter les bonnes initiatives qu’elle lance depuis une dizaine d’années en matière de financement des programmes de santé. C’est ainsi que la Fondation Clinton est montée en puissance avec l’argent de la taxe sur les billets d’avion des contribuables français gérée par UNITAID. La France aurait pu disposer de la même expertise que les Américains. Il est urgent que la France se dote d’une plateforme technique qui lui permettrait de bénéficier également des retombées économiques de ses initiatives.

PRÉSIDENT

Yves BUR, député du Bas-Rhin

EXPOSE INTRODUCTIF

Jean-Paul MOATTI, professeur d’économie, directeur de l’unité de recherche Sciences économiques et sociales, systèmes de santé, sociétés, Conseiller pour les Affaires Internationales de l’ANRS (Agence Nationale de recherches sur le Sida et les Hépatites)

Débat avec

- Patrice Debré, ambassadeur Sida et maladies Infectieuses

- Jean-François DELFRAISSY, directeur de l’ANRS (Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales), directeur de l’IMMI (Institut de microbiologie et maladies infectieuses)

- Philippe Douste-Blazy, président d’Unitaid

- Robert SEBBAG, vice-président Accès aux médicaments de Sanofi Aventis

- Joëlle TANGUY, directrice générale des relations extérieures de GAVI

- Atika ABELIN, directeur adjoint, Global Immunisation Policy, Sanofi Pasteur

Débat avec la salle de 15H30 à 16H15

16H15 Yves BUR, député du Bas-Rhin

16H30 Henri de RAINCOURT, ministre auprès du ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de la Coopération

photo-2.PNG photo-26.JPG

Atika ABELIN

Atika Abelin est Directrice «Global Immunisation Policy» pour Sanofi Pasteur. Elle a 20 ans d'expérience dans les affaires publiques, les relations gouvernementales, le management des relations avec les institutions de l'Union Européenne, avec les organisations internationales et les autorités réglementaires. Elle est membre de différentes associations au sein de l'Industrie pharmaceutique et représente l'industrie biologique et du vaccin lors de négociations avec l'OMS, les ONG, la Commission Européenne et les gouvernements du G8. Atika Abelin est Docteur en Droit International et est titulaire d’un DEA en Droit Européen des Affaires.

Maison de la Chimie

28, rue Saint Dominique

75007 Paris France

RER C : Invalides

Métro : Lignes 8/13 (Invalides), ligne 12 (Assemblée nationale)

Bus : 24 - 63 - 69 - 83 - 84 - 93 - 94

 

plan d'accès
publication : Synthèse des 3èmes rencontres parlementaires sur les vaccins Commander


Favoris Accès pro.